empreintes4
empreintes3
empreintes1
empreintes2
empreintes5
empreintes6
empreintes7
empreintes8
empreintes9

Empreintes, mémoires vives

Sis donc, au numéro 5 de la rue de Picardie, en pleine aire consacrée du Carreau du Temple (divin Broken Arms et Sainte Nanashi, priez pour nous), l'espace de 600 m2  a de quoi séduire : atelier industriel revisité dans son jus, juste ce qu'il faut, feuilleté en plusieurs plateaux et étages, agrémenté d'un café-resto, émanation bénite de Season, le vertueux voisin d'à peine une encablure. Que demande le peuple ( à part de la brioche aurait demandé Marie-Antoinette, y en a chez Season, au matcha et sans gluten) ?

Bienvenu donc dans le monde merveilleux du "concept-store des métiers d'art". Non, pas de foire à la farfouille. Pas de poterie et de macramé : ici, on expose des objets sensibles de créateurs, scénographie ad-hoc incluse. 
Mais oui, mon précieux... si toi aussi tu es amateur d'objets de collection, si tu flirtes plus que quiconque avec la pièce unique, tournée, moulée, sculptée, poncée à la main par la nouvelle génération de "makers", si aucune somme ne te semble déraisonnable lorsqu'il s'agit d'alimenter ta lubie du beau et si le brâme du cerf au clair de lune n'est rien comparé au gargouillis émis par ta gorge devant une céramique tout juste sortie du four, alors entre ici (mais laisse ton terrible cortège à la porte, stp, on n'est pas au Panthéon).
 
On récapitule : du vrai made in France (expliquez-moi alors pourquoi on ne dit pas "fait en France" alors ! Parce que Fiction Pulpeuse, ça fait tarte comparé à Pulp Fiction, et qu'on ne veut pas finir comme les Québécois à tout traduire à tort et à travers, vu ?) , un coffee shop green (magasin de café vert, ça fait tarte aussi), Shop in Shop et  concept store  (magasin concept, hu, hu...), plus de 1000 objets... ça calme la Shéhérazade qui est en toi.
Allez, je suis bonne fille, je vous le sous-titre, version française  : des artisans français talentueux perpétuent un savoir-faire et une fabrication de qualité, usant de matériaux authentiques ( pierre, métal, bois, papier...) et s'inscrivant dans un patrimoine unique d'objets décoratifs et usuels ( arts de la table, bijoux, luminaires, textiles...).
Ça sonne"actualités", "réclames" et époque révolue, mais je vous jure, la tête sur le billot, le contenu n'est pas ringard ; ça lorgnerait plutôt vers des extravagances à la Gaetano Pesce ou des douceurs à la Arita (pas un personnage de manga, pauvres de vous, mais le must en porcelaine nippone).
 
Ces créations uniques, sorties des milliers d'ateliers indépendants qui parsèment notre bel hexagone n'attendent donc que vous. Sans vous ruiner : pour quelques très belles et onéreuses pièces, la moitié des prix s'affiche en dessous de 75 euros.
Cerise sur le Paris-Brest (vous avez remarqué ? Comme les prénoms d'antan, les gâteaux de la même époque reviennent très fort ! Ah, nostalgie d'un monde meilleur, plein de crème fraîche hypercalorique et sans additif...) : au dernier étage, dans une ambiance cabinet de curiosité, on peut se prélasser dans deux vastes canapés, c'est la bibliothèque. Des ouvrages sont à votre disposition. 
Et au sous-sol, visionner des  films sur les métiers d'art.
Bref, le vivre et le couvert, eau, gaz et culture à tous les étages. 
 
On risque de ne plus sortir de cet endroit et méditer, béats, sur ce retour de boomerang : le passé nous inspire, nous le re-visitons avec modernité, avides de retrouver émotions et pratiques d'un autre temps, à contre-courant de notre monde connecté, bruyant et furieux.
Huysmans et son Des Esseintes seraient heureux : l'honnête homme de qualité amoureux des beaux objets n'est pas mort gangréné par la surproduction industrielle et le catalogue AM-PM. 
Au contact de Pierre Rahbi , il a même réduit son empreinte carbone (comment résister à la tentation de ne pas le placer dans le texte ?) afin de se diriger aimablement vers la sobriété heureuse (mais chic, faut pas déconner, non plus). 
Là où le sens fait loi. Foi. Enfin, ce qui vous parle le mieux (moi ?). 
 
 
Empreintes 
5 rue de Picardie
75003 Paris
Que ceux qui ne sont pas encore au courant qu'un nouveau vaisseau amiral du design a accosté dans le Haut Marais lèvent la main.
Personne ne se dénonce ? Bon, faut dire qu'avec le battage qu'il y a eu, on aurait bien eu du mal à passer au travers.
07 Oct 2016
Lieux
11:40